Le design thinking ? Voici une tentative de définition avec Stéphane PICAVET

Pour les néophytes, le DT est souvent associé à l’image de profils créatifs.  On les imagine armés de post-its multicolores à la recherche de l’idée géniale et révolutionnaire dans une ambiance assez détendue.  La réalité est pourtant tout autre.

partagez cet article

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

Le design thinking ( DT pour les experts), c’est quoi ?
Tentative de définition au delà des effets de mode avec Stéphane Picavet

Quand on lui demande si le design thinking est une tendance ou un mouvement de fond. Au quart de tour, Stéphane Picavet répond : « Un effet de mode qui dure depuis plus de trente ans, je n’en connais pas beaucoup ».

Stéphane Picavet est fondateur de l’agence EROIQ spécialisée dans le design thinking. Et il est aussi fondateur de ThinkingDesigner.fr, le MALT du DT.

Bientôt 30 ans pour le design thinking

Théorisé par Peter Row dans son ouvrage éponyme en 1987, le DT est une approche qui a pour objectif principal de solutionner des problématiques business. Mais avec une particularité :  se focaliser sur l’expérience client et l’utilisateur final.

L’idée est simple : appliquer les méthodes et la philosophie utilisées par les designers en s’appuyant sur une approche pluridisciplinaire, centrée sur l’humain.

Pour les néophytes, le DT est souvent associé à l’image de profils créatifs.  On les imagine armés de post-its multicolores à la recherche de l’idée géniale et révolutionnaire dans une ambiance assez détendue.

La réalité est pourtant tout autre.

En effet Stéphane PICAVET précise : « Avant de se lancer dans une démarche de design thinking, il est important de bien comprendre le design ne renvoie pas uniquement à l’apparence ou à quelque chose de beau. Le design renvoie plutôt à la manière dont résoudre un problème ».

De fait, le DT c’est d’ailleurs d’abord une méthode qui nécessite une certaine rigueur et le respect d’un processus en cinq étapes clés : – l’observation du consommateur ou de l’utilisateur final,

– puis la définition de l’objectif,

– ensuite la génération d’idées,

– enfin le prototype

– et le plus important, la phase de tests, à itérer autant que nécessaire.

D’ailleurs, le DT peut  être utilisé dans tous les secteurs et toutes les industries.  À partir du moment où il existe un problème rencontré par des utilisateurs, qu’ils soient clients, collaborateurs, administrés ou même étudiants.

L’objectif du DT étant d’aboutir à la conception

– d’un produit,

– d’un service

– ou même d’un process.

En conclusion ?

 Stéphane Picavet, prévient :  « Le DT ce n’est pas l’art de dessiner à main levée la « kill application » mobile de l’année. »

restons en contact !

Abonnez-vous pour recevoir nos publications et Actualités

Plus d'articles et actualités

Non classé

l’Agence design Thinking, c’est quoi ?

Pour les néophytes, le DT est souvent associé à l’image de profils créatifs.  On les imagine armés de post-its multicolores à la recherche de l’idée géniale et révolutionnaire dans une ambiance assez détendue. 

La réalité est pourtant tout autre.

Vous souhaitez innover avec les meilleurs thinking designers ?

Dites-nous quel est votre problème.